Humeur

chaotique

Il fait froid

Mardi 20 Octobre 2009 à 23:58 - Triste monde tragique

Il va faire froid cette nuit, les clodos en bas de ma rue ont eu droit à une distribution de couverture.

Il faut que je couvre mes géraniums.

Angers, jour 2

Dimanche 18 Octobre 2009 à 23:58 - Souvenirs de vacances un peu longs

Le lendemain, nous avons continué notre visite de la ville à pied. J'ai pris en photo la statue du vieux pont, car j'avais l'impression que le sculpteur qui l'avait faite était le "Tom of Finland" de l'époque, vu le renflement de son entrejambe. Mais, c'était peut être juste la mode en son temps. Évidemment, ça ne rend rien sur la photo.

Angers, Statue de A. Beaurepaire

Nous avons ensuite fait un circuit touristique indiqué sur un plan que notre hôtel nous avait donné. Le temps était magnifique. Visiblement, la ville d'Angers dépense beaucoup d'argent pour restaurer son patrimoine. Cela en fait une ville agréable. Poussinet est presque resté calme quand je lui ai indiqué le chemin de la carte. J'avais une boussole, je me suis moins perdu que d'habitude.

Angers, vieux grenier restauré

Sur le trajet, j'ai enfin trouvé un "bar gay" ! Enfin, il était fermé depuis longtemps déjà :

Angers, vieux bar gay ?

Une fois notre promenade touristique terminée, nous avons pris un sandwich. Tout comme à Paris, la ville est déserte le dimanche matin.

Angers, le long des quais

J'ai insisté pour passer devant le bar gay de la nouvelle liste que j'ai trouvé sur le site de l'association LGBT de la ville, grâce à mon eee-pc. Bien sûr, le bar était fermé par une lourde grille de fer, mais c'est plutôt normal pour un dimanche midi. Je ne sais donc pas s'il existe encore. Je suppose que oui.

Nous avons aussi pris une bière dans le bar gay friendly de la liste. Je confirme qu'il est bien ce qu'il prétend. Les couples avec enfants perdus dans le centre y côtoient les pédés et les goudous qui se réveillent à peine de leur soirée du week-end. J'ai tout de même remarqué une chose étrange à Angers : les habitants de cette ville dès qu'ils ont du poil au menton se laissent pousser la barbe. C'est la ville des moustachus et de barbus. Seuls les serveurs des restaurants chics sont glabres du menton. Il faut croire que les angevins ne se rasent que s'ils y sont contraints par leur travail. Cela me fait un peu fantasmer, les barmans ont l'air si virils ainsi. :bave:

Une petite visite de musée dans une ancienne église possédant des vestiges romains a conclu notre week-end. Le guide qui portait un pull rose et avait une voix féminine était une vrai folle, quand il parlait aux visiteurs ébahis des peintures modernes exposées. Nous nous sommes plutôt intéressés à la partie moyenâgeuse du musée.

Angers, le long des quais

Avant de prendre le train, je suis passé rapidement devant un autre bar de la liste : le wii. Ce bar n'a pas de rideau de fer impénétrable. Vu les affiches en vitrine, il ne fait aucun doute que c'est un bar un peu plus que gay-friendly. Disons qu'il doit être hétéro-friendly.

Angers, jour 1

Samedi 17 Octobre 2009 à 23:58 - Souvenirs de vacances un peu longs

Pour nous changer les idées, tout en dépensant peu d'argent, nous nous sommes organisés un week-end à Angers. Les billets de trains étaient encore bon marché au moment où j'ai acheté ce voyage, et j'ai vu sur Internet, qu'il y avait un beau château moyenâgeux à visiter.

Une fois notre trajet en train terminé et notre chambre hôtel prise, nous avons fait une pause dans un troquet du coin. Les habitués locaux parlaient d'un autre qui avait perdu 20 kilos suite à son licenciement et celui de sa femme : "Tu ne le reconnaitrais pas.". Il travaillait dans une entreprise cliente de ma société. J'espère qu'il n'était pas comptable. Un homme très amaigri est ensuite entré. Je me demande si c'était de lui dont ils parlaient.

Angers, statue du roi René

Nous avons donc consciencieusement passé notre après-midi à visiter le château d'Angers dont le chemin de ronde permet de faire de belles photos. Nous avons aussi fait un tour au musée. Celui-ci est principalement dédié à la tapisserie de l'apocalypse. Nous avons même eu droit à une visite guidée de cette gigantesque œuvre. Le guide avait un discours un peu ampoulé et répétitif et en voulait à ces "maudits anglais" (cette tapisserie date de la période de la guerre de cent ans). Alors, nous n'avons pas eu le courage de rester jusqu'à la fin de son laïus.

Angers, le chateau

Puis nous avons fait un tour rapide à la cathédrale d'Angers.

Angers, la cathédrale

Poussinet s'est aussi arrêté pour admirer chaque maison ancienne qu'il croisait.

Angers, la maison d'Adam

Puis, après un tour à notre hôtel, nous avons commencé notre recherche des bars gays d'Angers. Le premier bar que nous avons testé était situé à coté d'un bar à "hôtesses" mais était désespérément fermé. Une fois de plus ma liste était incorrecte. De dépit, nous sommes partis manger dans un restaurant "chic" du coin. Le service était plutôt long par manque de personnel, mais nous avions le temps.

Angers, le pont la nuit

J'ai réussi à force de persuasion, à convaincre poussinet de marcher un peu et de traverser le pont pour voir les autres adresses. Mais, nous avons encore fait choux-blanc ! Seules les adresses du bar gay-friendly et de l'association LGBT était correctes. De dépit, nous avons testé le bar qui remplaçait un des bar gay de notre liste. Il était a priori redevenu hétéro. Ou alors tous les signes gay-friendly étaient bien cachés.

Le robot qui révait, par Isaac Asimov

Jeudi 15 Octobre 2009 à 23:58 - Livres de metro

J'ai lu dans le métro Le robot qui rêvait un recueil de nouvelles par Isaac Asimov, auteur mythique de science fiction.

Contrairement au tome précédent, ces nouvelles nombreuses et courtes sont plutôt sombres. Cela change du style optimiste d'Asimov. Une fois encore certaines des histoires ne sont pas cohérentes avec celles du cycle des robots. Mais cela permet d'étendre les possibilités narratives. Deux nouvelles jouent même à imaginer un Dieu créateur de l'univers, dans une version scientiste tantôt optimiste et tantôt pessimiste.

Bref, un livre divertissant où les gentils deviennent méchants et où les méchants gagnent parfois à la fin.

PC comme neuf

Samedi 10 Octobre 2009 à 23:58 - Trucs de geeks

J'ai offert une cure de jouvence à mon ordinateur. Cela fait déjà trois ans que je l'ai. Mais le système d'exploitation linux que j'ai installé demande de plus en plus de mémoire.

Je me suis donc acheté deux barètes de mémoire de 1 Go. Heureusement, wikipédia était là pour m'expliquer les derniers changements technologiques sur la mémoire vive de PC. De plus, google répond toujours présent pour retrouver sur le site du constructeur de ma carte mère les spécifications de celles-ci. C'est donc en toute connaissance que j'ai pu acheter chez grobill ce qu'il me fallait. Ces arnaqueurs facturent d'ailleurs 3 € de "frais logistiques" par facture. Ce qui rend leurs prix beaucoup moins attractifs pour les petites sommes.

Mais comme j'avais aussi pris une carte graphique, cela valait le coup. J'ai néanmoins eu de la chance, car je n'avais pas vérifié si celle-ci était compatible avec ma version de linux. Heureusement, c'était le cas. J'ai même été surpris de voir que le constructeur proposait un pilote "spécial linux" ! Ce n'est pas encore très courant.

Et en plus, comme ces technologies sont vieilles, elles sont beaucoup moins chères qu'il y a trois ans. Mais, il ne faut pas attendre trop, sinon les prix vont ré-augmenter, du fait de la rareté du produit.

J'arrive maintenant à jouer à SuperTuxKart mais ça reste tout de même très saccadé.

Head over heels

Dimanche 04 Octobre 2009 à 00:43 - Trucs de geeks

En regardant les rediffusions de la chaine nolife cet été, j'ai été surpris d'apprendre qu'il existait un remake gratuit d'un des premiers jeu vidéo de mon enfance "Head over Heels". Je me souviens encore du temps où j'allais fébrilement chez ma voisine jouer à ce jeu. Car je n'avais pas eu droit à un Amstrad à Noël, alors que ma voisine, si.

J'ai donc cherché par google où était ce remake. Il est téléchargeable chez Retrospec, des passionnés d'antiques jeux vidéo qui ressuscitent des merveilles de mon enfance.

Cette nouvelle version bien plus colorée que l'original.

Avant :
Head over heels, avant
Après :
Head over Heels par Retrospec

Comme le disaient les présentateurs de nolife, cette nouvelle version respecte totalement l'esprit original du jeu. C'est donc avec bonheur que je me suis retrouvé coincé aux mêmes endroits que quand j'étais petit. Et que j'ai pu à force de persévérance retrouver la bonne combinaison de touches pour progresser.

Head over Heels, décoincé !

J'ai été tout aussi frustré de ne pas pouvoir sauvegarder à n'importe quel moment du jeu. Cela semble presque impensable de nos jours, mais à l'époque, la façon de jouer était quand même beaucoup plus stricte et moins "ergonomique" que maintenant. Bref, j'ai pu enfin finir ce jeu qui m'avait tant ébloui à l'époque.